La qualité des poissons d’aquaculture marine

Les aquaculteurs de poissons marins français n’ont pas le choix : face à l’abondante offre étrangère, leur principal atout est de proposer un produit de grande qualité. Cette qualité s’appuie sur des techniques de production et de commercialisation performante ainsi que sur un réseau de surveillance et de contrôles externes ou internes.

Aqualculture_marine_vue des cages_corse

L’aquaculture française de poissons marins pourrait se résumer ainsi : une grande technicité au service d’une faible production. Elle est pionnière et leader pour de nombreuses techniques d’élevage aquacole alors que sa production est l’une des plus faibles d’Europe. Dans cet environnement, les aquaculteurs français ont le choix des outils et toute facilité à les appliquer sur les élevages qui sont de taille moyenne ou familiale.

Les points de surveillance sont nombreux. Pour commencer, les matières premières sont contrôlées à leur entrée dans l’usine de fabrication de l’aliment qui est aussi contrôlé en sortie. Les paramètres physicochimiques de l’eau des élevages, composant vital pour l’aquaculture, sont régulièrement mesurés. Les performances de croissance et la santé du cheptel qui conditionnent le plan de production de tout élevage, sont suivies journellement par l’aquaculteur qui dispose pour l’aider d’un réseau de techniciens et de vétérinaires. L’éleveur peut participer à des programmes d’amélioration de la qualité de sa production tels que celui que propose le CNPMEM aux aquaculteurs marins méditerranéens (programme PESQUAD).

La Direction générale de l’alimentation et les services vétérinaires départementaux qui en dépendent sont en charge, par des visites régulières, de contrôler et d’agréer chaque site de production, en s’assurant de la bonne maîtrise sanitaire de l’élevage. Parallèlement à cette présence sur les sites aquacoles, en bout de chaine alimentaire au moment de la remise des poissons au consommateur, l’administration applique un plan de surveillance et un plan de contrôle des denrées alimentaires avec analyses à l’appui. Cette surveillance externe dont les fondements sont réglementaires est complétée par la tenue sur chaque site d’un registre d’élevage qui consigne journellement toutes les actions menées et tous les évènements survenus, afin de pouvoir si nécessaire reconstituer l’historique de chaque lot de poissons.

Mis à jour le 18 décembre 2014