FilManCet : Observations des captures accidentelles de mammifères marins

FilManCet: Observations des captures accidentelles de mammifères marins (dauphins, phoques…) et tests de pingers sur les fileyeurs en Manche.

Le programme d’initiative professionnelle FilManCet (Fileyeurs Manche Cétacés) a débuté en novembre 2008, pour une période de deux ans : sa finalité était d’établir un état des lieux de la réalité des captures accidentelles de mammifères marins en Manche et d’étudier la mise en œuvre de solutions techniques adaptées pour les limiter. Il comprenait trois volets :

  • Estimation de l’occurrence et de la composition des captures accidentelles de mammifères marins des navires fileyeurs à poissons et crustacés de la Manche, à partir de Boulogne et de Saint Malo à Roscoff, par le biais d’observations à bord,
  • Renforcement des connaissances  sur les différentes espèces de cétacés présents en Nord Pas de Calais, par le biais de comptages et d’études sur les animaux échoués,
  • Test de répulsifs acoustiques à cétacés, dans le but de trouver une alternative aux dispositions prévues par le règlement européen sur les mammifères marins (n° 812/2004).

Ce projet porté par le CNPMEM a été mis en œuvre régionalement par les Comités Régionaux et Locaux des Pêches du Nord Pas de Calais Picardie et de Bretagne. Il était cofinancé par le Fond Européen pour la Pêche (FEP), la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture, la Région Bretagne, la Région Nord Pas de Calais et les pêcheurs.

Le règlement européen n° 812/2004 rend obligatoire l’utilisation de pingers (répulsifs acoustiques) dans toute la zone VII (Manche et Mer Celtique), zone supposée à fort taux de captures. Or les résultats obtenus de ce projet montrent que la zone Manche est très hétérogène en taux de captures. A priori, la zone VIIe (Manche ouest), près des côtes bretonnes est peu concernée par les captures accidentelles de marsouins et de dauphins ainsi que la zone VIId (Manche Est).

Le nombre de captures accidentelles dépend à la fois du métier de la zone et de la saison concernée. Les solutions pour les limiter doivent ainsi être adaptées aux situations locales et certainement pas généralisées. Les pingers ne constituent pas en ce sens la panacée d’autant qu’en l’état actuel leur utilisation à grande échelle poserait la question de la détérioration de l’habitat des mammifères.

Pour en savoir plus

  • Retrouvez les résultats du projet dans la fiche de synthèse
  • Télécharger une fiche d’identification des mammifères marins en Manche Est et mer du Nord.

 

Avec le concours financier du Fond européen pour la pêche
FEP

Mis à jour le 25 août 2014