PELGASPRO 2017-2019 : Accompagnement de la campagne océanographique PELGAS

Porté par le CNPMEM, le programme PELGASPRO 2017-2019 consiste à organiser et encadrer l’accompagnement par des chalutiers pélagiques professionnels des campagnes océanographiques annuelles PELGAS sur la période 2017-2019. Ce programme reçoit le soutien du Fonds européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP), du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et de France Filière Pêche.

PELGAS : acquisition de données par acoustique et par pêche

L’un des objectifs des campagnes annuelles PELGAS, coordonnées par Ifremer et menées sur le navire océanographique Thalassa depuis 2000, est de caractériser la répartition et l’abondance des petits poissons pélagiques du golfe de Gascogne. La campagne scientifique fournit chaque année des estimations de l’état des populations d’anchois et de sardines de la zone, deux espèces importantes d’un point de vue économique pour les pêcheries françaises. Les fluctuations d’abondance de ces espèces d’une année sur l’autre, parfois fortes sous l’effet des variations des paramètres environnementaux, justifient la reconduction annuelle de ce suivi qui apporte par ailleurs des informations précieuses sur d’autres espèces pélagiques : sprats, chinchards et maquereaux communs.

Le matériel acoustique utilisé à bord de la Thalassa permet de détecter et de quantifier avec précision les bancs de petits poissons pélagiques. Cependant, il n’est pas en capacité d’identifier avec certitude leur nature (diversité d’espèces, taille et maturité des individus, etc.). Pour cette raison, il est indispensable de réaliser des pêches d’identification chaque fois que la forme, la distribution ou la densité des échos de bancs de poissons changent. L’indice d’abondance d’anchois et l’indice de biomasse de sardines, estimés à l’issue de chaque campagne, sont utilisés dans le processus d’évaluation des possibilités de pêche et de gestion de ces ressources.

Contribution de la profession

Depuis 2007, la présence d’une paire de chalutiers pélagiques professionnels durant 18 jours de la campagne scientifique permet de doubler le nombre de pêches d’identification et ainsi d’identifier de façon plus systématique les échos enregistrés le long d’un réseau de radiales parallèles, représentatif de la couverture du golfe de Gascogne. En outre, les chalutiers pélagiques, armés en « bœufs », sont plus efficaces que le navire scientifique, armé en pêche arrière, pour atteindre les bancs se situant à proximité de la surface et de la côte. La participation de navires professionnels expérimentés permet ainsi d’augmenter significativement la précision des indices calculés.

Au-delà de l’amélioration de la fiabilité des résultats, la participation active des pêcheurs professionnels permet de dégager un diagnostic partagé entre pêcheurs et scientifiques de l’état des ressources. Cette collaboration est exemplaire et unique à travers l’Europe. Elle a conduit progressivement à une meilleure compréhension des actions de recherche et de leurs objectifs, et elle a permis d’instaurer un climat de confiance entre les acteurs, indispensable à l’élaboration de plans de gestion à l’échelle européenne et à une exploitation durable des ressources halieutiques.

Campagne 2017 en quelques chiffres

La campagne PELGAS 2017 s’est tenue du 22 avril au 24 mai. Deux paires de chalutiers pélagiques (CINTHARTH – MARILUDE 2 et LE DOLMEN – LES MENHIRS) ont accompagné successivement la Thalassa sur la période du 29 avril au 14 mai. Au cours des 16 jours de suivi, les chalutiers professionnels ont réalisé un total de 42 opérations de pêche. 24 espèces différentes de poisson ont été recensées dans les captures professionnelles et 6535 individus ont été mesurés à bord des navires professionnels par l’observateur embarqué mobilisé pour la campagne. Cette collaboration a permis de collecter plus de 550 échantillons de sardines et d’anchois, et d’enregistrer leurs principaux paramètres biologiques (taille, poids, maturité sexuelle, âge, taux de graisse et présence de parasites). Aucune capture n’a été ni commercialisée ni débarquée.

Les premiers résultats de la campagne 2017 font état de niveaux d’abondance d’anchois et aussi de sardines supérieurs à ceux évalués en 2016 et parmi les plus importants des 10 dernières années dans la zone (niveaux d’abondance 2017 supérieurs à la moyenne sur la période 2000-2017).

Mis à jour le 15 février 2018