Dégradation de la qualité et de la productivité des milieux marins

Des écosystèmes littoraux essentiels mais profondément dégradés

Les écosystèmes côtiers et estuariens comptent parmi les milieux naturels les plus riches et les plus productifs d’un point de vue biologique. S’ils ne représentent qu’à peine 6 % de la surface de la planète, ils réalisent plus de 40 % de la productivité totale des milieux aquatiques et terrestres. Les spécificités de ces zones d’interface, d’une extrême fragilité, dépendent d’un subtil équilibre physico-chimique généré par la rencontre des éléments minéraux de la mer et des éléments organiques apportés par les cours d’eau.
Ils jouent des rôles essentiels pour le renouvellement des ressources halieutiques, qui y effectuent tout ou partie de leur cycle de vie : reproduction, nurserie, nourricerie, abris et/ou transit lors de leurs migrations, etc.
La productivité et les fonctionnalités des milieux estuariens et littoraux sont étroitement liées à la qualité des eaux et des habitats qui les composent. Or ces milieux sont soumis à de nombreuses sources de dégradations : disparition des zones humides tampons jouant un rôle d’épuration de l’eau (marais), artificialisation des milieux naturels et des débits fluviaux (chenalisation, constructions portuaires, barrages, pompage, ), …, et pollutions maritimes (accidents de mer, dégazages, dragage-clapage) ou issues des bassins versants. En effet, la majorité des polluants déversés sur les bassins versants qu’ils soient d’origine industrielle, agricole ou domestique, sont charriés par les cours d’eau pour se retrouver inévitablement en mer.

Pêcheurs professionnels, victimes directes et indirectes de ces dégradations des milieux

Les pollutions ou tout autre forme de dégradation des milieux côtiers et estuariens ont une incidence sur la productivité et les fonctionnalités de ces écosystèmes fragiles, et notamment sur les stocks des espèces halieutiques. Elles impactent directement les pêcheurs professionnels qui en dépendent. Ils en sont les premiers témoins et les premières victimes. Ils  constituent de ce fait de véritables sentinelles, garants et indicateurs de la qualité de ces milieux.

Mobilisation des pêcheurs professionnels

Il est aujourd’hui urgent de remédier enfin aux problèmes de qualité de l’eau et de fonctionnalité des milieux. Le CNPMEM déplore le manque de moyens financiers à la mesure de la tâche et le manque d’ambition des gouvernements successifs pour remédier à ces problématiques. Les pêcheurs professionnels ne veulent plus être « les solutions » des conséquences de négligences ou de fautes industrielles. Ils s’attachent notamment à :

  • Alerter les pouvoirs publics sur les cas de pollution et les abus dont ils sont les témoins ;
  • Soutenir et promouvoir les principes d’une approche participative plus équitable et efficace de la gestion des milieux, des ressources halieutiques et des pêches (approche systémique) ;
  • Participer à la définition et la mise en œuvre des plans et des outils de gestion des milieux et des espèces ;
  • Porter plainte devant les juridictions pour faire condamner les auteurs de pollution.
Pour en savoir plus :

– Premières réflexions des professionnels de la pêche sur les pollutions et dégradations du milieu marin

Mis à jour le 9 septembre 2015