La pêche s’invite dans les élections présidentielles 2017

Le CNPMEM interpelle les candidats sur leurs propositions pour le développement d’une filière halieutique forte et durable en France et a organisé une table ronde ce jeudi 30 mars 2017 dans ses locaux avec les représentants de MM. Asselineau, Cheminade, Fillon, Macron et Mélenchon.

La filière pêche et les élevages marins constituent des secteurs clés de l’économie française et un atout majeur pour le développement de notre littoral, avec pas moins de 48 431 emplois directs et quatre fois plus d’emplois indirects. Ces secteurs font actuellement face à d’importants défis qu’ils sont prêts à relever, tels que l’impact du Brexit, les spécificités des différentes flottilles (y compris outre-mer), ainsi que ceux d’ordre économique que sont le déficit de rentabilité des actifs ou les difficultés liées au renouvellement de  la flotte de pêche. Le CNPMEM a ainsi rédigé une note bleue à l’attention des différents candidats proposant 21 mesures, structurelles et conjoncturelles.

A l’approche de l’élection présidentielle, le CNPMEM a décidé de soumettre le  questionnaire suivant aux différents candidats afin de connaître leurs propositions visant à répondre aux attentes et aux nécessaires évolutions du secteur dans les années à venir.

Vous pouvez accéder aux réponses en cliquant sur les questions.

 

Enjeu 1 : L’urgence
Assurer la stabilité juridique de la profession

 

Les pêcheurs et aquaculteurs professionnels français souffrent des effets néfastes de l’instabilité juridique et de la multiplication des normes réglementaires  françaises et européennes, qui affectent leurs métiers et pèsent sur la croissance du secteur.

Gouvernance française

Question 1Une gouvernance efficace de la pêche et de l’aquaculture par les pouvoir publics nécessite de prendre en compte la nature à la fois marine et économique de ces activités. Dès lors, à quel ministère rattacherez-vous la pêche et l’aquaculture une fois élu(e) ?

Question 2Comptez-vous revoir l’organisation et le champ de compétences des services déconcentrés, ainsi que leur rapport avec l’administration centrale, pour améliorer l’application effective des mesures décidées à Paris ?

 

Affaires européennes

Question 3La filière française de la pêche risque d’être durement impactée par le Brexit. Comment défendrez-vous les intérêts des pêcheurs professionnels – et de nos régions littorales – pendant les négociations à venir ?

Question 4Comment maximiserez-vous l’opérabilité du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP), dont le niveau de consommation actuel est largement insuffisant ?

 

Enjeu 2 : Le moyen terme
Renforcer l’attractivité des métiers de la pêche
et assurer le renouvellement des hommes et de la flotte

 

Bien que la pêche soit un secteur créateur d’emplois bien rémunérés et non délocalisables, le renouvellement des effectifs pâtit des stéréotypes véhiculés sur la profession. Si rien n’est fait, c’est la pérennité de la pêche française et son rayonnement qui sont menacés à terme.

 

Evolution de la flotte de pêche française

Question 5La flotte de pêche française est menacée d’obsolescence à court terme. Quelles sont vos propositions pour soutenir sa modernisation ?

Question 6Diverse, la flotte de pêche française est répartie sur l’ensemble des façades littorales du pays. Comment comptez-vous concilier les intérêts des différentes flottilles ?

 

Renouvellement des effectifs

Question 7La transmission des entreprises de pêche, essentielle à la pérennité du secteur, rencontre de nombreux obstacles. Quelles mesures prendrez-vous pour faciliter cette transmission et accompagner les nouveaux entrants ?

Question 8Alors que les métiers de la mer deviennent de plus en plus techniques, quelle place donnerez-vous à la formation des futurs pêcheurs et aquaculteurs ?

Question 9Malgré son rôle d’ascenseur social, la pêche pâtit encore des stéréotypes véhiculés à son encontre. Comment comptez-vous renforcer l’attractivité du métier ?

 

Enjeu 3 : Le long terme
Porter une ambition forte pour le secteur de la pêche
et de l’aquaculture françaises

 

Alors que les secteurs de la pêche et de l’aquaculture connaissent des changements rapides, les professionnels français ont besoin de visibilité. La France doit se doter d’une ambitieuse feuille de route  « économie bleue » pour les 15 années à venir, contenant des objectifs réalistes et des mesures concrètes.

 

Gestion de la ressource et des usages de la mer

Question 10 La pérennité du secteur halieutique est conditionnée à une bonne exploitation des stocks. Quels objectifs vous fixerez-vous dans ce domaine, et quels moyens proposerez-vous pour les atteindre ?

Question 11L’économie bleue regroupe des activités variées – énergie marines, tourisme, pêche, aquaculture etc. – et pas toujours compatibles entre elles. Comment comptez-vous concilier les différents usages de l’espace maritime sur le long terme ?

 

Potentiels de développement économique

Question 12Le potentiel des élevages marins, tant en termes d’alimentation durable que d’emplois pour les régions littorales, est loin d’être pleinement exploité. Quelles mesures prendrez-vous pour soutenir le développement de l’aquaculture française ?

Question 13La pêche et l’aquaculture sont des secteurs de développement importants de l’économie française d’Outre-mer. Comment envisagez-vous de relever les défis posés par les spécificités ultramarines ?

Retrouvez également cette actu sur notre application
Publié le 30 mars 2017