Les pêcheurs français restent mobilisés pour lutter contre les captures accidentelles de mammifères marins

 

Les pêcheurs français restent mobilisés pour lutter contre les captures accidentelles de mammifères marins

 

Le Comité national des pêches maritimes et des élevages marins prend acte des déclarations du ministre de la transition écologique François de Rugy lors de sa visite à La Rochelle ce vendredi 22 mars, concernant les échouages de mammifères marins dans le Golfe de Gascogne.

En effet, malgré les efforts des pêcheurs français, trop d’échouages sont à déplorer. Le comité des pêches entend poursuivre son engagement dans la dynamique voulue par le ministre, pour limiter les captures accidentelles de mammifères marins.

Alertant sur cette problématique depuis 2002, les pêcheurs sont à l’initiative de nombreux programmes de recherches menés avec les scientifiques de l’IFREMER et de Pélagis pour miniaturiser et optimiser des dispositifs de répulsifs sonores appelés pingers, permettant de limiter de 60% les captures accidentelles.

Depuis le 1er décembre 2018, tous les navires pêchant au chalut pélagique en boeuf dans le Golfe de Gascogne sont ainsi équipés en pingers. C’est dans cette lignée qu’a été lancé le programme LICADO, co-construit avec les comités des pêches, les organisations de producteurs et les scientifiques, qui prévoit une extension de la mise en place des pingers aux fileyeurs.

Dans cette conjoncture, les activistes de l’ONG Sea Shepherd dénoncent avec fracas les chalutiers pélagiques opérant dans le Golfe de Gascogne. A bord de leur navire, ils suivent jour et nuit les professionnels français qu’ils filment à leur insu, tout en développant une stratégie de « name and shame » dévastatrice sur leurs réseaux sociaux.
Cette traque produit pourtant peu de résultats, puisqu’en un mois en mer, l’ONG n’a filmé que trois captures accidentelles de dauphins par des chalutiers pélagiques.

Le CNPMEM rappelle que les professionnels français sont mobilisés depuis plusieurs années pour limiter les captures accidentelles. Il souhaite que les flottes étrangères opérant également dans le golfe de Gascogne et plus au large mettent en place des mesures similaires pour protéger les mammifères marins.

Le CNPMEM tient également à saluer la décision du ministre de renforcer les moyens financiers mis à disposition de l’observatoire Pelagis, afin de leur permettre de mieux connaître les causes de mortalité des mammifères marins. Enfin, il rappelle son engagement à défendre une pêche durable et des pêcheurs responsables.

 

Paris, le 25 mars 2019

Contact presse :
Alexandre Borreil – aborreil@aya-communication.fr – 06 76 32 27 69

Retrouvez également cette actu sur notre application
Publié le 25 mars 2019