Plénière de l’ICCAT : des espoirs déçus pour les pêcheurs de thon rouge

Après 9 jours de réunion et beaucoup d’échanges, les décisions de l’ICCAT quant aux mesures de gestion pour les années à venir ne sont pas à la mesure des espérances des professionnels français.

Certains pays membres de l’ICCAT et plusieurs ONG se sont opposés à la proposition du comité scientifique de passer d’un plan de reconstitution à plan de gestion pour le thon rouge de l’Atlantique Est et la Méditerranée.

Le cadre stricte ayant conduit à la reconstitution du stock de thon rouge de l’Atlantique Est et de Méditerranée avec une probabilité de plus de 90% est donc maintenu. Donc aucune augmentation du nombre de navires, aucun changement dans les dates de pêche n’est possible pour l’année prochaine et le niveau de contrôle reste élevé. Cependant, les possibilités de pêche pour 2018 sont augmentées à 28 200t. Cette augmentation permettra le maintien du stock avec 95% de chance. Pour l’instant, aucune visibilité au-delà de 2018 n’est possible pour les pêcheurs, les pays n’ayant pu se mettre d’accord ni sur les mesures d’encadrement ni sur les niveaux de possibilités de pêche.

Concernant les thons tropicaux, le secteur ne peut que se féliciter de l’adoption de la mesure sur la rétention de tous les thonidés. En effet, elle ne fait que reprendre des mesures déjà établies par les senneurs français et ainsi les mettre sur un pied d’égalité avec les autres flottilles de senneurs de la zone. Beaucoup de discussions ont tourné autour de l’encadrement des DCP.

Sur ces deux groupes d’espèce, des réunions intersessions vont être organisées pour essayer de faire évoluer les connaissances et les cadres de gestion.

Le germon de l’Atlantique Nord a, quant à lui, été le précurseur pour l’adoption de règles de contrôle de l’exploitation (HCR) par l’ICCAT. Ce nouveau cadre permet une augmentation du TAC à 33 600 t. Il est fixé pour trois ans.

Des adaptation aux plans de gestion pour l’espadon de l’Atlantique Nord et de l’Atlantique Sud ont été prises, ainsi que sur le requin taupe bleu de l’Atlantique Nord, mais aucune disposition n’a été prise pour le stock sud.

 

 

Retrouvez également cette actu sur notre application
Publié le 21 novembre 2017