Prospective de la filière pêche maritime

FranceFilièrePêche a souhaité mener un exercice de prospective pour la filière pêche maritime à l’horizon 2035. La conduite de cette étude a été confiée à la Mission prospective de FranceAgriMer. L’objet de cette étude a été d’élaborer des scénarios pour l’avenir de la filière pêche maritime qui puissent servir aux décideurs de la filière, en vue de l’élaboration de stratégies gagnantes.
Les 4 scénarios élaborés dans le cadre de cet exercice de prospective ont été rendus public et discutés au cours de 6 réunions ouvertes aux professionnels de la pêche et aux structures d’accompagnement en fin d’année 2017 (Boulogne, Caen, rennes, Nantes, Bordeaux et Sète).

La synthèse de cette étude, qui vient de paraitre, est disponible ici.

Cette étude s’inscrit aussi dans la suite de l’étude sur la compétitivité de la filière menée par FranceAgriMer (la synthèse est disponible ici) ainsi que dans la démarche initiée par le Ministre de l’Agriculture suite aux États Généraux de l’Alimentation.

L’ensemble de ces actions doit permettre de donner une feuille de route à l’ensemble de la filière pêche maritime afin de répondre à un ensemble d’enjeux, listés ci-dessous :

  • efficacité économique et résilience : des interrogations sur le niveau de rentabilité de certains maillons, dans une situation de compétition européenne ou mondiale, et dans un contexte de forte dépendance au prix du pétrole pour certaines activités,
  • image des produits et de la filière : une méconnaissance du secteur de la part des citoyens et consommateurs, pouvant amener à des amalgames ou des confusions préjudiciables,
  • capacité à se développer pour augmenter le taux de couverture de la demande en produits pêchés, élevés ou transformés par des opérateurs français, avec un cadre normatif et spatial extrêmement contraignant et une intensité capitalistique croissante,
  • organisation : un sentiment encore trop peu développé d’appartenance à une filière et de compréhension des interdépendances entre maillons, en partie causée par une « dictature du court terme »
  • attractivité des métiers,
  • nécessité d’approfondir la connaissance des milieux d’exploitation qui sont divers et complexes.
Retrouvez également cette actu sur notre application
Publié le 09 février 2018