Réunion de la Commission Sanitaire le 10 septembre 2020

Les membres de la Commission sanitaire se sont réunis le 10 septembre 2020.

Les échanges entre les pêcheurs et l’administration en charge de la surveillance de la qualité sanitaire des produits de la mer et d’eau douce (BPMED-DGAL) ont été comme d’habitude ouverts et constructifs de part et d’autre. Parmi les nombreux points abordés, trois ont particulièrement focalisé les débats :

– S’inscrivant dans l’actuel débat français et européen sur une meilleure gestion du risque de contamination au norovirus des coquillages lors des épisodes hivernaux de gastro-entérite et soucieux de la qualité de leurs produits, les pêcheurs ont rappelé, entre autres, qu’ils étaient totalement tributaires de la qualité des eaux littorales et que la surveillance du principal agent de ces gastro-entérites, généralement véhiculé par les eaux de rejet, ne pouvait se faire que sur la base de la forme infectieuse du norovirus et non de la quantification de son seul génome qui persiste bien après son passage et est alors sans danger pour le consommateur.

– L’avenir du suivi des mortalités de coquillages a été discuté, le système actuel (REPAMO) devant être rapidement remplacé. La profession se mobilise actuellement afin de proposer un dispositif collaboratif entre les pêcheurs et les conchyliculteurs, tous 2 particulièrement impactés par les lourdes pertes subites depuis des années sur les moules et les huîtres.

– La possibilité de vente directe au consommateur final des produits de la pêche du pêcheur est en cours de clarification au plan sanitaire et sera décliné selon le travail réalisé sur le produit après sa pêche. En levant toute ambiguïté d’interprétation des nombreux textes afférents, ces précisions conforteront cette extension d’activité qui complète le revenu des pêcheurs.