Formation, devenir marin pêcheur

Sur un navire de pêche, il existe plusieurs fonctions différentes. Elles se distinguent entre le service « pont » et le service « machine ».

Pour des raisons de sécurité, la profession de marin pêcheur est une profession réglementée dont l’accès est subordonné à des conditions d’aptitude médicale, de niveau de formation dont le contenu dépend en partie de dispositions internationales issues des conventions STCW et STCW-F de l’organisation maritime internationale (OMI).

Toutes les formations (hormis celles d’entrée dans la profession) sont articulées de la même manière : le marin doit suivre avec succès plusieurs modules, complétés le cas échéant de formations complémentaires (certificat de base à la sécurité, lutte contre l’incendie, enseignement médical…) pour obtenir un diplôme. Sur la base d’un temps de navigation dont les caractéristiques requises varient d’un titre à l’autre, le marin obtient son brevet.

Au pont

Le métier de matelot sur un navire de pêche est accessible en formation initiale avec un CAP (maritime), dispensé dans l’un des 12 lycées professionnels maritimes et aquacoles (LPMA).

Au-dessus, pour exercer des fonctions à la passerelle du navire en tant que capitaine du navire, il convient d’obtenir un Bac Pro spécialité « conduite et gestion des entreprises maritimes » option pêche, également dispensé dans les LPMA et d’effectuer un temps de navigation au pont permettant l’obtention du brevet de capitaine 200 pêche ou de patron de pêche.

Le brevet de capitaine 200 pêche permet de commander un navire de pêche armé en petite pêche (PP), et de commander un navire armé en pêche côtière (PC) ou en pêche au large (PL) de moins de 24 m. jusqu’à 100 milles des côtes. Il permet également d’exercer des fonctions de  second capitaine sur un navire armé en PC ou PL :
– soit de moins de 24 m. navigant en eaux illimitées
– soit compris entre 24 m. et 45 m. et navigant jusqu’à 100 milles des côtes.

Le brevet de patron de pêche permet de commander un navire armé en petite pêche, pêche côtière ou en pêche au large et d’exercer en tant que second capitaine sur un navire armé à la grande pêche (GP).

Au-delà, pour devenir capitaine de pêche sur un navire armé en grande pêche (comme par exemple, les thoniers océaniques ou les navires pêchant la légine dans l’océan indien), il est nécessaire d’obtenir le brevet correspondant en suivant une formation complémentaire.

La pêche est un secteur qui recrute, il n’est jamais trop tard pour commencer. Il est possible de se réorienter vers la pêche en cours de carrière professionnelle en suivant la formation du certificat de matelot, permettant de devenir matelot. Les brevets de capitaine 200 pêche ou de patron de pêche sont aussi accessibles en formation continue.

A la machine

Ce sont des emplois de mécanicien. Les formations dépendent de la puissance propulsive du navire.
Le Bac Pro Electromécanicien marine permet d’obtenir le brevet de mécanicien 750 KW après avoir accompli 6 mois de navigation au service machine. Ce brevet permet d’exercer les fonctions de mécanicien ou chef mécanicien sur un navire dont la puissance propulsive est inférieure à 750 kW.

Il existe également des formations accessibles dans le cadre de la formation continue permettant sous réserve de satisfaire aux exigences d’aptitude médicale et de justifier du temps de navigation préalable exigé le cas échéant, d’obtenir le brevet de mécanicien 250 kW (pour exercer sur des navires dont la puissance propulsive est inférieure à 250 kW), le brevet de mécanicien 750 kW et le brevet de mécanicien 3000 kW (pour exercer sur des navires dont la puissance propulsive est inférieure à 3000 kW).

La réforme de la formation professionnelle permettra  notamment pour le service machine à faciliter les passerelles entre le secteur pêche et commerce, en unifiant les deux filières de formation. Ainsi, il sera faisable de passer de la pêche à la marine marchande ou inversement.

Le financement de la formation professionnelle continue

Comme dans tous les secteurs d’activité professionnelle, les marins pêcheurs cotisent pour la formation professionnelle. Ils peuvent dans la limite des fonds disponibles et sous réserve de satisfaire les conditions d’éligibilité, obtenir un financement de leur formation. L’organisme financeur est l’AGEFOS-PME.


Pour en savoir plus :
Voir aussi
Mis à jour le 24 août 2016