La pêche française

Panorama de la pêche

Les chiffres clés de la pêche

Sont présentés région par région les chiffres clés de la pêche professionnelle embarquée : nombre de navires, nombre de marins, volume de capture débarquée,…

> Pour en savoir plus

La pêche en métropole

La France métropolitaine dispose d’un littoral de 5500 km. Avec une soixantaine de ports de pêche, 37 halles à marée, 12 Organisations de Producteurs (OP), 306 entreprises de mareyage et de transformation des produits de la mer, la filière pêche – du navire au consommateur – est un secteur important tant au plan économique qu’en terme d’aménagement du territoire. La flotte métropolitaine compte, en 2014, 4 472 navires. Elle représente la sixième flotte de l’Union européenne….

> Pour en savoir plus

La pêche dans les DOM

Si la France revendique la place de puissance maritime du fait d’une surface maritime de près de 11 millions de km2, elle le fait légitimement et notamment via ses territoires d’outre-mer. On compte ainsi en 2012, 2580 navires de pêche dans les DOM (contre 4580 en métropole). En 2015, on pouvait recenser 2723 marins pêcheurs embarqués (répartis comme suit : 275 marins en Guyane, 983 en Martinique, 920 en Guadeloupe et 545 à La Réunion)…

> Pour en savoir plus

La pêche à pied professionnelle

La pêche à pied professionnelle s’exerce sur l’ensemble du littoral métropolitain, de Dunkerque à Menton, aussi bien sur les milieux sableux que vaseux ou rocheux. Les principales espèces pêchées sont la coque, la palourde, la telline, les moules et les huîtres sur les façades Manche et Atlantique, et la telline en Méditerranée. On dénombre environ 1300 pêcheurs à pied professionnels en France en 2016. Ce chiffre est à peu près stable depuis la reconnaissance officielle de cette profession, en 2001…

> Pour en savoir plus

L’encadrement de la pêche

L’activité de pêche professionnelle est l’une des activités les plus encadrées en France. Il n’existe en effet aucune espèce pouvant être pêchée sans règle ni aucune zone où un pêcheur professionnel pourrait travailler « librement »….

> Pour en savoir plus

Les engins de pêche

Les dragues

Engin à armature rigide traîné sur le fond par un navire, la drague est utilisée pour la pêche aux coquillages se trouvant sur les gisements naturels marins. Elle est constituée d’une armature sur laquelle est fixée une poche en filet ou en anneaux métalliques….

> Pour en savoir plus

Les chaluts

Le chalut est une poche en forme d’entonnoir tractée dont l’ouverture est garantie soit par des panneaux divergents, soit par deux navires (pêche en boeufs), soit par une perche. On parle de filage quand le chalut est mis à l’eau et de virage quand il est remonté….

> Pour en savoir plus

Les filets

Les filets sont constitués de plusieurs nappes rectangulaires tendues vers le haut par une corde munie de flotteurs et vers le bas par une corde lestée. On parle de filage quand le filet est mis à l’eau et de virage quand il est remonté….

> Pour en savoir plus

Les espèces pêchées

L’anguille européenne

L’espèce est présente dans les eaux littorales, estuariennes et continentales d’Europe et des pays riverains de la Méditerranée. L’anguille est pêchée sur l’ensemble….

> Pour en savoir plus

Le bar commun

Espèce largement répartie à travers l’Atlantique Nord-Est, les populations de bar commun du Golfe de Gascogne, de la zone Manche-Mer celtique-Mer du Nord et de Méditerranée font l’objet d’une exploitation par pêche…

> Pour en savoir plus

La Coquille saint jacques

Espèce vivant en gisement sur des fonds marins sablo-vaseux, on trouve ce mollusque bivalve en Atlantique Nord-Est, du Nord de l’Espagne à la Norvège, ainsi qu’en Manche et en Mer du Nord. Sur les côtes métropolitaines, les principaux gisements sont : Baie de Seine, Baie de Saint-Brieuc, Rade de Brest, Quiberon, Pertuis charentais….

> Pour en savoir plus

La langoustine

La langoustine est principalement pêchée dans les vasières du golfe de Gascogne, ainsi qu’en Mer Celtique…

> Pour en savoir plus

Le tourteau

Espèce vivant sur le fond, on la pêche dans les zones côtières et du large en Manche et dans le golfe de Gascogne, ainsi qu’en Mer d’Irlande….

> Pour en savoir plus

Pour une pêche durable…

Les bonnes pratiques des marins pêcheurs

De part la diversité des métiers pratiqués et des engins utilisés, la pêche française peut être qualifiée de protéiforme. Les actions que mènent les pêcheurs aussi bien au niveau collectif qu’individuel pour améliorer leurs pratiques sont également très diverses, spécifiques et souvent méconnues…

> Pour en savoir plus

Les partenariats mis en place par les pêcheurs

L’étude de recensement des bonnes pratiques a permis d’identifier un certain nombre de projets basés sur des partenariats entre le monde scientifique et celui de la pêche. En effet, par leur présence quasi permanente en mer, les pêcheurs sont capables d’identifier le changement de paramètres du milieu marin, de lancer des alertes et constituent en conséquence de véritables « sentinelles de la mer »….

> Pour en savoir plus

Mis à jour le 28 février 2019