Bar, la Commission européenne interprète les avis scientifiques à sa manière

 

  

Bar, la Commission européenne interprète les avis scientifiques à sa manière

  

Dans sa proposition sur les possibilités de pêche pour 2019, publiée le 7 novembre 2018, la Commission européenne propose de maintenir quasiment à l’identique les mesures d’encadrement de la pêche professionnelle appliquées en 2018 pour le stock Nord de Bar, alors qu’elle assouplirait le cadre de la pêche récréative.

S’il est prématuré de renoncer dès 2019 aux grands principes de gestion appliqués en 2018 pour ce stock, dont l’efficacité est aujourd’hui établie dans le dernier avis du CIEM, la perception nouvelle de l’état du stock plaide en faveur d’aménagements des mesures de gestion en vigueur.

En effet, dans son avis pour 2019, le CIEM fait état d’une amélioration sensible et encourageante de l’état du stock, proche du ressenti des pêcheurs professionnels français, et propose que des possibilités de pêche soient à nouveau autorisées. Cet avis montre une forte réduction de la mortalité par pêche, fruit des efforts conséquents des pêcheurs professionnels de la zone.

Or, la position défendue par le CNPMEM depuis le mois de septembre, repris par les Comités consultatifs concernés et dont vous trouverez le détail en bas de page*, identifie les mesures de gestion appliquées en 2017 comme un repère pertinent pour la fixation de mesures 2019. Toutefois, dans l’objectif prioritaire de réduire la perte socioéconomique que représentent les rejets de bars morts, qui ne participeront pas à la reconstitution du stock, le CNPMEM considère qu’il convient d’apporter davantage de flexibilité aux pêcheries limitées aux seules captures inévitables de bars.

Pour autant, proposer de maintenir les mesures d’encadrement de la pêche professionnelle tout en allégeant, une nouvelle fois, les contraintes sur la pêche de loisir, relève d’un certain paradoxe. Le CNPMEM estime qu’une gestion équilibrée du bar se doit d’encourager tous les acteurs impactant la ressource à adopter une approche favorisant la durabilité du stock. La proposition de la Commission ne reflète pas les efforts conséquents fournis en ce sens par les pêcheurs professionnels français ces dernières années.

Le CNPMEM demande en conséquence que ses propositions, s’appuyant sur le suivi précis de captures professionnelles, soient reconsidérées et, en revanche, de n’accorder aucun assouplissement à la pêche récréative tant qu’un encadrement et un suivi efficace des prélèvements de ces usagers, à la hauteur des enjeux, n’ait pas été mis en œuvre. En effet, les récents travaux du CIEM, qui reposent surtout sur la réévaluation de la pression de pêche récréative, témoignent de l’importance de disposer d’une évaluation plus fine et cohérente avec la réalité des prélèvements effectués.

 

Paris, le 12 novembre 2018

Contact :
Hubert CARRE : 06 80 60 37 62

* Consulter la Position du CNPMEM sur la gestion des pêcheries professionnelles de bar de la zone Nord en 2019