La pêche encore une fois sacrifiée ?

La pêche encore une fois sacrifiée ?

En annonçant mardi 28 septembre l’octroi d’un nombre totalement insuffisant de licences de pêche aux professionnels français pour accéder aux eaux de Jersey, Guernesey et des 12 milles du Royaume-Uni, les professionnels français estiment avoir été trahis dans l’application de l’accord ratifié par l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Après s’être entretenu avec la Ministre de la Mer, Madame Girardin, Gérard Romiti, Président du Comité National des pêches a déclaré : « les professionnels tant des Hauts-de-France que de Normandie ou de Bretagne, ont atteint un degré d’incompréhension et de colère qui sera très difficile à apaiser avec tous les risques que ces sentiments emportent. Collectivement nous rejetons les listes présentées par les autorités britanniques. Le travail, notre gouvernement et nous, nous l’avons fait ! »

Cette décision injustifiée et injustifiable de Londres vient clore neuf longs mois de tergiversations, durant lesquels les professionnels français ont pleinement coopérés avec les autorités françaises et européennes répondant à chacune des multiples demandes d’information des britanniques. Et nous sommes toujours dans la même situation d’incertitude quant à l’attribution d’autorisations d’accès, mais aussi des mesures techniques associées…

Pour humiliante qu’elle soit pour les pêcheurs français, qu’elle place en position de grande précarité, cette situation n’est toutefois pas une surprise. « Finalement, la Commission européenne n’est pas une si bonne négociatrice que ça ! La pêche avait déjà été la variable d’ajustement de l’accord de coopération puisque nous avons dû céder des quotas, nous ne voyons toujours pas la Commission activer les nombreux moyens de pression politique à sa disposition pour ramener les autorités britanniques à une position plus raisonnable ».

Plus que jamais, les professionnels de la pêche appellent donc les autorités françaises et européennes à faire bloc et à identifier, dans les 15 prochains jours, tous les leviers de négociation dont ils disposent, hors du volet pêche, pour faire pression sur la partie britannique et réaffirmer la valeur de la parole politique.

Dans ces moments difficiles, le Président du Comité National en appelle à la « solidarité régionale, nationale et européenne et invite à ne pas faire le jeu des britanniques de nous diviser ».
Paris, le 29 septembre 2021

Contact
Gérard Romiti : 06 79 02 81 98
Jean-Luc Hall : 07 61 86 26 17
Emilie Gélard : 06 72 05 28 22