Des mesures difficiles mais nécessaires pour le thon obèse

La 26ème réunion ordinaire de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT en anglais / CICTA en français) a clôturé ses travaux lundi 25 novembre 2019 après 10 jours de travaux intenses.

Cette année encore, le thon obèse était au centre des préoccupations des participants, suite à l’absence de mesure ambitieuse prise l’année  dernière. En effet, l’avis du comité scientifique indique que le stock est surexploité et victime de surpêche. Après des travaux difficiles, l’ICCAT est toutefois arrivé à adopter par consensus une nouvelle recommandation visant à réduire les quotas sur les deux prochaines années (il passe de 65 000t à 62 500t pour 2020 et 61 500t pour 2021), à augmenter la zone d’interdiction des DCP à tout l’Atlantique pendant 3 mois en 2020 et à réduire le nombre de DCP. En conséquence, le quota européen est réduit de 21% pour 2020. Par contre, plusieurs dispositions de reconstitution (existantes ou dont l’adoption a été repoussée) seront réexaminées lors d’une intersession en 2020, dont notamment la répartition du quota pour 2021.

Le président du CNPMEM, Gérard ROMITI, tient à souligner les efforts consentis par les pêcheurs français sur cette espèce car ils savent qu’il était urgent de prendre des mesures. Par contre, des dispositions plus ambitieuses sur les navires de soutien ou sur les DCP, auraient pu être trouvées plutôt que de se focaliser sur la réduction du quota.

D’autre part, les TAC pour les marlins ont été réduits et une obligation de relâcher les individus vivants a été introduite, accompagnée d’une exemption pour les flottilles artisanales. Les intérêts des pêcheurs antillais concernés par cette mesure ont été pleinement pris en compte.

Paris, le 25 novembre 2019

Contact :
Gérard ROMITI : 06 79 02 81 98
Serge Larzabal : 06 80 21 19 95