Le CNPMEM agit pour la pêche professionnelle !

Depuis le 22 janvier et pour un mois, près de 450 navires de pêche resteront à quai à la suite de l’interdiction de pêche dans le golfe de Gascogne (toute la façade Atlantique) pour réduire les captures accidentelles des dauphins.

Le CNPMEM et les organisations professionnelles se mobilisent depuis début janvier pour que la voix des pêcheurs soit entendue et que le gouvernement réponde sans délai à nos diverses demandes.

Nos emplois, notre savoir-faire et tout le tissu économique de la filière sur le littoral atlantique sont menacés.

A l’heure où la souveraineté alimentaire est revendiquée comme une priorité, l’arrêt total des activités de pêche sur la majeure partie de la façade atlantique est incohérent et disproportionné.

 

Pour ces raisons, les représentants professionnels agissent !

Récapitulatif des actions entreprises (au 06/02/24) :

  • Communiqué de presse du 6 février du CNPMEM enjoignant le gouvernement et la Commission européenne de dépasser les inerties administratives pour une mise en oeuvre immédiate des aides promises aux professionnels.
  • Rencontre du Bureau du CNPMEM avec le Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires, dans ses locaux (Communiqué de presse du 1er février)
  • Communiqué de presse du 31 janvier en vue de la venue du Ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires
  • Entrevue du président avec le cabinet du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires (29 janvier)
  • Réunion du CNPMEM et du président de la Coopération Maritime (membre du Bureau) avec le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires et les metteurs en marché de gasoil pêche (25 janvier)
  • Entrevue du président du CNPMEM avec le directeur de cabinet du Président de la République pour appuyer nos demandes et manifester le soutien de l’Etat à l’avenir de la filière.
  • Entrevue du président du CNPMEM avec le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires pour lui indiquer nos exigences sur l’indemnisation des navires : indemnisation de tous dans les meilleures modalités possibles, paiement rapide et instruction anticipée. (22 janvier)
  • Echange avec divers députés pour une obtenir une question orale au Gouvernement. Résultat : Didier Le Gac a permis que l’intergroupe de la majorité présidentielle prenne la demande en charge qui chargé la députée Lysiane Métayer de poser la question au gouvernement (Renaissance | Morbihan)
  • Contact du Président du CNPMEM avec la directrice de cabinet du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires pour pousser nos exigences sur les niveaux et les modalités d’aide des 450 navires qui subissent la fermeture obligatoire à l’initiative des ONG
  • Rédaction d’une lettre ouverte au président de la République avec une publication dans un grand quotidien national, Le Figaro
  • Communiqué de presse du CNPMEM du 22 janvier
  • Contact avec le conseiller Agriculture et Pêche du Président de la République pour alerter sur les difficultés inhérentes au remaniement et à l’absence de secrétariat d’Etat à la Mer

 

Nous mettons aussi à votre disposition une revue de presse !